Pourquoi je soutiens François Hollande

Publié le par Leila T.

Hollande-La-rochelle-copie-2.jpgJ’ai décidé de m’engager en politique le jour où j’ai pris conscience que la France est la seule démocratie occidentale qui n’a AUCUN élu à l’Assemblée Nationale issu de ses anciennes colonies africaines et nord-africaines. Alors que nous en sommes à la 3ème génération de français issus de cette immigration, et qu’en cumulé ces minorités constituent au moins 15% de la population française.


Aux Etats-Unis, les afro-américains ont accédé à l’égalité réelle en terme de droits civiques dans les années 60 après une violente lutte contre la ségrégation raciale. Si l'on compare du point de vue du cadre législatif, c’est également dans les années 60 que la France met fin au code de l’Indigénat, ce qui permet aux immigrés issus de ses anciennes colonies d’être définitivement égaux en droit. Le chemin parcouru en 50 ans par les afro-américains aux Etats-Unis en terme d’accession au pouvoir politique est plus qu’honorable comparé au chemin parcouru sur cette même période par les français descendants de maghrébins ou d’africains : si peu de maires ou de sénateurs, des ministres cosmétiques, et surtout AUCUN député à l’Assemblée Nationale.


Or exclure de l’Assemblée Nationale c’est exclure du lieu où se fabrique les lois. C’est donc exclure indirectement de l’organisation de la société. C’est la preuve que des logiques de ségrégation perdurent et c'est presque une injonction à la marginalité. 


Je salue le fait que les « races » n’existent pas dans la Constitution Française. Mais il est évident que les dirigeants des partis politiques français n’ont pas dépassé la question raciale (0,18% avec l’élection de la députée PS George Pau-Langevin en 2007), tout comme ils n’ont pas dépassé la question du genre (18% de femmes sachant qu’il y en a 25% au parlement afghan!), tout comme ils ont régressé sur la question des classes (depuis la démission de Maxime Gremetz en mai 2011 il n’y a plus d’ouvriers à l’Assemblée Nationale).


Et s’il est évident qu’avoir une identité estampillée « diversité » n’est pas un fondement légitime à l’accession aux responsabilités politiques, il n’est pas non plus naturel que l’Assemblée Nationale en place soit si racio-masculino-oligo-hétéro-normée.


Je soutiens que François Hollande est l’homme politique le plus à même d'apporter des changements dans la manière de gouverner la France, pour les raisons suivantes :


-        Si le temps de la conquête du pouvoir nécessite des positionnements clivant, quand arrive le moment de gouverner il est important de savoir le faire avec un certain sens du compromis. François Hollande a su inventer des synthèses pour réconcilier les différents courants du Parti Socialiste durant dix années de gouvernance. C’est la preuve qu’il sait écouter des points de vue différents et faire consensus. Et ainsi j'en déduis qu’il saura composer avec toutes les sensibilités de la société française et ainsi favoriser le vivre ensemble et la cohésion nationale.


-         Par ailleurs, l'émergence de l’internet 2.0 et des réseaux sociaux avec leurs effets révolutionnaires sur le monde ont remis le mode collaboratif au goût du jour. Et on redécouvre qu’en effet on est souvent plus intelligent à plusieurs et aussi que la parole libérée et largement diffusée est puissante. Ainsi, les années 2000 ont été le théâtre de la remise en cause des élites politiques, médiatiques, industrielles et financières, parce que beaucoup d’entre elles n’ont pas fait la preuve de leur bienveillance envers les peuples. Et c'est pourquoi ce peuple maintenant devenu « smart people » aspire a être gouverné par un « président normal ». C’est à dire par un président capable de sobriété et d'humilité dans l’exercice de ses fonctions, mais aussi d’un certain niveau d’exigence morale (notamment au moment du choix des futurs ministres du gouvernement, on l'espère).


-        Enfin, je soutiens François Hollande parce que je suis particulièrement sensible à son énergie optimiste et à son sens de l’humour, qui traduit une certaine générosité et une faculté à prendre du recul. Car ce n’est pas parce que la France - tout comme l'Europe - est en crise dans de nombreux domaines, et a un besoin urgent de socialisme, qu’il n’est pas possible de trouver des solutions avec vitalité, conviction et bonne humeur.

 

 

Publié dans Parti Socialiste

Commenter cet article

mtislav 29/08/2011 17:23


Le métissage n'est pourtant pas la norme... DSK aussi avait tout l'air d'être normal !