Les candidats aux primaires évoquent une France multiculturelle mais ségréguée

Publié le par Leila T.

School segregation protest16 sept. 2011

Lors du 1er débat télévisé entre candidats à la Primaire Citoyenne, majoritairement PS, j’ai rarement autant eu le sentiment qu’une représentation de la France multiculturelle était enfin assumée. Pour le meilleur et pour le pire.

Manuel Valls, né en Espagne, parle de sa naturalisation qui lui a permis de devenir français. Et maintenant, faisant preuve du « zèle des convertis », il propose un contrat d’intégration pour « Faire aimer la France »… ce qui prononcé trop vite a été entendu par les journalistes comme « Fermer la France ». Lapsus ?

Arnaud Montebourg, lui, nous a parlé de son grand-père algérien "qui a combattu sous l'uniforme français durant la Seconde Guerre mondiale". Cela fait longtemps qu’il nous parle de ce fameux grand-père d’Algérie, mais pourquoi n’évoque-t-il jamais sa mère qui est également d’origine algérienne, et qui s’appelle Leïla, comme moi ;)

Plus sérieusement, il semble que ces leaders du Parti Socialiste ont pris conscience de la ghettoïsation grandissante qui sévit dans nos territoires. François Hollande regrette « les discriminations et les phénomènes de ségrégation » qui touche la jeunesse. Et Manuel Valls parle même « d’Apartheid » !

Rappelons la définition d’Apartheid: politique dite de développement séparé affectant des populations selon des critères raciaux ou ethniques dans des zones géographiques déterminées.

Manuel Valls sous-entend-t-il que les ségrégations urbaines ne seraient pas seulement sociales mais également raciales ? Nous pouvons craindre l’apparition de ce phénomène même s’il n’est pas généralisé aujourd’hui. Mais en effet, au fil des ans s’est opérée une régression qui implique que certaines zones urbaines sensibles auparavant « black-blanc-beur », sont progressivement devenues « black-beur », pour tendre parfois vers l’exclusivité de populations « black-black-black » !

Des logiques de ségrégation raciale – toujours en œuvre dans des villes comme Chicago aux Etats-Unis - n’ont pourtant jamais fait parties d’aucun corpus idéologique d’aucun parti politique français, même à l'extrême droite. Pourtant il semble qu’elles commencent doucement à se mettre en place. Il s’agit donc de s’interroger sur la réalité, l'ampleur et l'origine de cette monstruosité. Trouve-t-elle sa source dans des directives politiques ? économique ? 

La Présidence de Nicolas Sarkozy a fragmenté comme jamais la société française, et met en péril la République Indivisible, idéal inscrit dans notre Constitution. La prise de conscience par la Gauche des discriminations qui troublent la cohésion nationale, c'est le premier pas vers la mise en place de politiques efficaces, pour lutter contre tout ce qui empêche d’aller vers le progrès que constitue une société véritablement post-raciale.


Publié dans Parti Socialiste

Commenter cet article

mtislav 19/09/2011 18:17


Alors "ségréguée" plutôt que "ségrégée" ?